End Of the Weak Quebec

ENG

The End Of The Weak brings together a community of artists around the extraordinary goal of enabling the best MC’s from every country to compete with the best in the world through a unique competition built around destabilizing tests, which forces artists to surpass themselves.

MONTREAL, Spring 2011. In an international climate of identity crisis in terms of the fundamental values ​​of Hip Hop, Guillaume Gingras, Benoit Beaudry and Billy John Datus unite in search of a concept to reinvigorate the Quebec hip-hop scene. Jaime Emilio, present from the beginning at the level of written communications, officially joins the team in the second season. While the trend of the hour is MC battles and confrontation, the common goal is to restore the rap movement to its former glory, to bring authenticity, rhetoric and alertness to the forefront. In order to emphasize the spirit of community, solidarity and mutual aid, but especially to stress the creativity of freestyle, and real mc’ing.

It is through the documentary Versus, on the growing phenomenon of rap battles, that the team discovers the End Of The Weak (EOW). Intrigued and challenged by this movement, which fit perfectly with their research, the team came into contact with DJ Keri, head of the chapter of France, which provides them with the starter kit and basic information about the requirements of this competition, before referring them to James Calhoun, president of the mother house, New York Chapter, to formalize their entry into the organization. At the same time, they learn that the EOW is already present in Canada, Vancouver and Toronto. Montreal begins its first edition at the ZooFest festival, the team is ready, proudly wearing their colors on the freshly pressed jerseys of the first draft of End Of The Weak Montreal.

The End Of The Weak receives a warm welcome from Quebec emcees and counts on the support of veterans who are looking forward to a concept forcing them out of their comfort zone. This first year ends, faithful to this first season: intense. Indeed, the Quebec final and the national final, which includes the Toronto and Vancouver chapters, are held one week apart, and the National Final and the International Final, one day apart. Thus, less than eight hours after winning the first national final End Of The Weak in Montreal, Monk. E embarks in a van with the rest of the team heading to Manhattan, New York, for the first appearance at an International Final for the Quebec franchise. The organization expanded during the season with Xavier Gauthier, aka Téhu, official ambiancer of the EOWMTL, who takes part in the trip with the rest of the team.

In 2013, reinvigorated by the experience of the World Final, the Montreal team is ready to attack its second season. In addition, the chapter becomes the only Canadian representative, while the Vancouver and Toronto chapters go dormant. In this season, the EOWMTL hooks up with several partners, including the Battle of the Nerds with whom they hold two memorable editions for which the 24H journal devotes a chronicle. The WordUP! Battles also welcome them for a demo in a Club Soda at full capacity. This is also the first time the Montreal team has received a member of the international family: KT Gorique, World Champion 2012, representative of Switzerland. The National Finale is of high caliber and emotional with Obia the Chef, D-Track, UrbN LogiX, Scynikal and Monk. E as finalists. The latter conquers his peers, the public and the judges and for a second year in a row, he is crowned champion. This time it is in London that he goes with a part of the team to represent Quebec at the second World Final of the Montreal chapter.

In 2014, the third season begins with the move of the evening to Divan Orange. Several new faces mingle with the regulars and allow EOWMTL to put forward local succession, nevertheless, a place is reserved for each edition for a MC of the public chosen the evening of the event. It’s a short season of four editions, in which the team is fortunate to welcome Kenyon, 2011 French Champion, as well as Demi Portion, as a guest artist of international renown in two different editions. EOWMTL is also starting a promising partnership with Musitecnic for audio recording of events by their students. This season Monk. E succeeds in the incredible feat by being one of the only MCs, of all the chapters, to win three consecutive national finals. It is with this title that he has the privilege of traveling to Uganda to represent the Montreal chapter. In addition to joining the local community, he participated in the creation of an album gathering the champions of End Of the Weak and realized the graphics. Monk creates valuable contacts and benefits from a network of artists and international producers who allow him to be received abroad for other occasions, as ambassador of the Francophonie in Africa the following year. This is what the End Of The Weak wants to do with each of its champions and the goal is to make our rappers known outside of Quebec.

2015 is a special year for the End Of The Weak Montreal. In addition to continuing its partnerships with the Montreal Hip Hop community and putting the spotlight on the next generation, they are partnering with the UnderPressure Festival and producing their closing show and an edition for their programming. However, what makes this year memorable is holding the 2015 World Final for the first time in Montreal. The EOWMTL welcomes champions and delegations from eight nations for a week of memorable activities, including studio, block party and four night showings, including national and international finals. An album of ten titles gathering the present champions is also produced with the help of Monk. E. In addition, for the occasion, the EOWMTL receives support from Phases Hidden, one of whose members is EOWFrance 2014 Champion, for a performance at the World Final. This fourth season is marked by the arrival of Sqreeb, new sidekick of Tehu behind the turntables and was brilliantly won by rapper and musician Clay. The latter will be illustrated by finishing in third place in an incredible 2015 International Final at home.

In 2016, the effects of the 2015 World Finale are felt and the craze of artists is tangible. The competition is recognized as essential in the city, and for those who wish to demonstrate its value in the art of emceeing. The team has proven itself with an international representative every year and continues to promote the Quebec industry by inviting several artists to present a show, including Rainmen, Rymz, 12 Monkeys and GunDei. It only misses the world title in the Montreal chapter. Once again, the season is exciting and the National Finale is hot, to the point where the fuses jump in the middle of the evening because of the extreme energy level of Monk. E, D-Track, Scynikal, UrbN LogiX and Sunshan. The MC’s raise the level in each round, forcing themselves to outdo each other. Scynikal is the winner and is leaving for the 10th End Of The Weak International Final in Montreux, Switzerland. This is a special year: the first time Scynikal leaves the country, his wife is expecting their first boy, and he becomes the first World Champion of the Quebec chapter. To mark this achievement, he is invited by the Montreal City Hall to sign the Montreal Guestbook, which honors Montrealers with outstanding exceptions.

The year 2017 brings challenges for the organization, looking to extend the competition to the regions of Quebec by holding four editions outside Montreal, including one in Quebec, which was also marked by the support Veterans from the area, including Webster, Sozi, Architechs and Rico Rich. The experience is positive in every way and allows partnerships in key locations of the territory. Thus, the team brings together different horizons of Quebec rap and attends several unsuspected discoveries. Four editions take place in Montreal, where among the new faces that participate in the competition, we have Basics, who captures the audience and the jury and wins the biggest final in the history of the EOWMTL with eight emcees on stage . He then goes to Prague and finishes second in the world finals.

In short, after nearly seven years, a hundred or so Quebec rappers went through the End Of The Weak in Quebec. As many veterans as new faces came to the events in six seasons. End Of The Weak Montreal wants to position itself as a hub for artists wishing to shine internationally, but above all as the standard bearer of a community based on solidarity, communication and positive competition, as well as the exchange and knowledge sharing. This is End Of the Weak!

FR

Le End Of the Weak rassemble une communauté d’artistes autour du but extraordinaire de permettre aux meilleurs de partout à travers le monde, d’être le meilleur du monde et ce à travers une compétition unique en son genre, bâtie autour d’épreuves déstabilisantes qui obligent les artistes à se surpasser.

MONTREAL, printemps 2011. C’est dans un climat de crise identitaire à l’échelle internationale au niveau des valeurs fondamentales du Hip Hop, que Guillaume Gingras, Benoit Beaudry et Billy John Datus s’unissent à la recherche d’un concept pour revigorer la scène hip-hop québécoise. Jaime Emilio, présent dès le début au niveau des communications écrites se joint officiellement à l’équipe à la deuxième saison. Tandis que la tendance de l’heure est à la confrontation, l’objectif commun est de redonner ses lettres de noblesses au mouvement rap, de ramener à l’avant-plan l’authenticité, la rhétorique et la vivacité d’esprit et ce afin de mettre l’accent sur l’esprit de communauté, solidarité et d’entraide, mais surtout sur la créativité du freestyle, du real mc’ing

C’est par le documentaire Versus, portant sur le phénomène grandissant des rap battles, que l’équipe découvre le End Of the Weak (EOW). Intrigués et interpellés par ce mouvement, qui cadrent en tout point avec leur recherche, l’équipe entra en contact avec DJ Keri, responsable du chapitre de la France, qui leur fournit la trousse de départ et les informations de base sur les exigences de cette compétition, avant de les aiguiller vers James Calhoun, président de la maison-mère, chapitre New Yorkais, pour officialiser leur entrée dans l’organisation. Ils apprennent par la même occasion que le EOW est déjà présent au Canada, à Vancouver et Toronto. Montréal entame sa première édition au festival ZooFest, l’équipe est prête, arborant fièrement leurs couleurs sur les chandails fraichement pressés de la première mouture d’End Of the Weak Montréal.

Le End Of the Weak reçoit un accueil chaleureux de la part des emcees québécois et compte sur l’appui de vétérans qui se réjouissent d’un concept forçant à sortir de sa zone de confort. Cette première année se termine, fidèle à cette première saison : intense. En effet, la finale québécoise et la finale nationale, qui inclut les chapitres de Toronto et de Vancouver, ont lieu à une semaine de distance, et la Finale nationale et la Finale internationale, à un jour d’intervalle. C’est ainsi que moins de huit heures après avoir remporté la 1ère finale nationale End Of the Weak à Montréal, Monk. E embarque dans une fourgonnette avec le reste de l’équipe en direction de Manhattan, New York, pour la première participation à une Finale internationale pour la franchise québécoise. L’organisation s’est élargie en cours de saison avec Xavier Gauthier, alias Téhu, ambianceur officiel du EOWMTL qui prend part au voyage avec le reste de l’équipe.

En 2013, revigorée par l’expérience de la Finale mondiale, l’équipe de Montréal est prête à attaquer sa deuxième saison. De plus, le chapitre devient le seul représentant canadien, alors que les chapitres de Vancouver et Toronto se mettent en veille. En cette saison, le EOWMTL s’associe à plusieurs partenaires, dont le Battle of the Nerds avec qui ils tiennent deux éditions mémorables pour lesquelles le journal 24H leur consacre une chronique ; et le WordUP! Battles qui les accueille pour une démo dans un Club Soda à pleine capacité. C’est aussi la première fois que l’équipe montréalaise reçoit un membre de la grande famille internationale : KT Gorique, championne mondiale 2012, représentante de Suisse. La Finale nationale est de haut calibre et forte en émotion avec Obia le Chef, D-Track, UrbN LogiX, Scynikal et Monk. E comme finalistes. Ce dernier conquiert ses pairs, le public et les juges et pour une deuxième année consécutive, il est couronné champion. Cette fois-ci c’est à Londres qu’il se rend avec une partie de l’équipe pour représenter le Québec à la deuxième Finale mondiale du chapitre montréalais. 

En 2014, la troisième saison débute avec le déplacement de la soirée au Divan Orange. Plusieurs nouveaux visages se mêlent aux habitués et permettent à EOWMTL de mettre de l’avant la relève locale, néanmoins, une place est réservée à chaque édition pour un mc du public choisit le soir de l’évènement. C’est une courte saison de quatre éditions, dans laquelle l’équipe a la chance de recevoir Kenyon, champion de France 2011, ainsi que Demi Portion, comme artiste invité de renommée internationale et ce lors de deux éditions différentes. EOWMTL débute aussi un partenariat prometteur avec Musitecnic pour la captation audio des évènements par leurs étudiants. Cette saison Monk. E réussit l’incroyable en étant un des seuls mc, parmi tous les chapitres, à remporter trois finales nationales consécutives. C’est avec ce titre qu’il a le privilège de se rendre en Ouganda pour représenter le chapitre montréalais. En plus de se joindre à la communauté locale, il participe à la création d’un album regroupant les champions du End Of the Weak et en réalise le graphisme. Ainsi, Monk. E crée des précieux contacts et profite d’un réseau d’artistes et de producteurs internationaux qui lui permettent d’être reçu à l’étranger pour d’autres occasions, dont ambassadeur de la francophonie en Afrique l’année suivante. C’est ce que le End Of the Weak souhaite faire avec chacun de ses champions et l’objectif est de faire connaitre nos rappeurs du Québec.

L’année 2015 est une année spéciale pour le End Of the Weak Montréal. En plus de poursuivre ses partenariats avec la communauté Hip Hop montréalaise et de mettre de l’avant la relève, ils s’associent au Festival UnderPressure et produisent leur spectacle de clôture et une édition pour leur programmation. Toutefois, ce qui rend cette année mémorable est la tenue de la Finale mondiale 2015 pour une première fois à Montréal. Le EOWMTL reçoit les champions et les délégations de huit nations pour une semaine d’activités mémorables, comprenant entre autres des sessions de studio, block party et quatre soirs de spectacles, dont les finales nationale et internationale. Un album de dix titres regroupant les champions présents est aussi produit avec l’aide de Monk. E. De plus, pour l’occasion, le EOWMTL reçoit l’appui de Phases cachées, dont l’un des membres est champion EOWFrance 2014, pour une prestation lors de la Finale mondiale. Cette quatrième saison est marquée par l’arrivé de Sqreeb, nouvel acolyte de Téhu derrière les platines et a été remporté avec brio par rappeur et musicien Clay. Ce dernier s’illustrera d’ailleurs en terminant en troisième position lors d’une incroyable Finale internationale 2015 à domicile.

En 2016, le ressac de la Finale mondiale 2015 se fait sentir et l’engouement des artistes est tangible. La compétition est reconnue comme incontournable dans la métropole, et ce pour qui désire démontrer sa valeur dans l’art du emceeing. L’équipe a fait ses preuves avec un représentant à l’international chaque année et continue de mettre de l’avant l’industrie québécoise en invitant plusieurs artistes du moment à présenter un spectacle, dont Rainmen, Rymz, 12 Singes et GunDei pour ne nommer que ceux-ci. Il ne manque que le titre mondial au chapitre montréalais. Encore une fois, la saison est enlevante et la Finale nationale survoltée, au point où les fusibles sautent au milieu de la soirée à cause du niveau extrême d’énergie de Monk. E, D-Track, Scynikal, UrbN LogiX et Sunshan, qui relèvent le niveau à chaque ronde, s’obligeant à se surpasser les uns et les autres. Scynikal est vainqueur et part pour la 10ème Finale internationale End Of the Weak à Montreux, en Suisse. C’est une année spéciale : la première fois que Scynikal sort du pays, sa femme attend leur premier garçon, et il devient le premier Champion mondial du chapitre québécois. Pour souligner cet accomplissement, il est invité par l’hôtel de Ville de Montréal à signer le Livre d’or de Montréal, qui honore les Montréalais d’exceptions s’étant démarqués.

L’année 2017 apporte sa part de défis pour l’organisation qui entreprend d’étendre la compétition aux régions du Québec en tenant quatre éditions à l’extérieur de Montréal, dont une à Québec, qui fût d’ailleurs marquée par l’appui des vétérans de la région, notamment les Webster, Sozi, Architechs du son et Rico Rich y étaient. L’expérience se révèle positive en tous points et permet des partenariats dans des endroits névralgiques du territoire. Ainsi, l’équipe réunit différents horizons du rap québécois et assiste à plusieurs découvertes insoupçonnées. Quatre éditions ont lieu à Montréal, où parmi les nouveaux visages qui participent à la compétition, se démarque Basics, qui par sa polyvalence saisit l’audience et le jury et remporte la plus grosse finale de l’histoire du EOWMTL avec huit emcees sur scène. Il se rend ensuite à Prague et se classe deuxième à la finale mondiale.

En somme, après près de sept ans, c’est une centaine de rappeurs québécois qui sont passés par le End Of the Weak au Québec. Autant de vétérans que de nouveaux visages sont venus tester les épreuves en six saisons. End Of the Weak Montréal souhaite se positionner comme plaque tournante pour les artistes désirant rayonner à l’international, mais surtout comme porte-étendard d’une communauté basée sur la solidarité, la communication et la compétition positive, ainsi que l’échange et le partage de connaissances. C’est aussi ça End Of the Weak !